——–{—(@

En une

Article dans la revue Terrestres : désétatiser nos imaginaires politiques et nos savoirs scientifiques

Igor Babou (université Paris Diderot, Ladyss) et Joëlle Le Marec (Sorbonne université, Gripic)

Extrait : “Face à l’effondrement environnemental qui s’annonce, l’État est-il un recours ou l’un des problèmes existentiels de l’espèce humaine ? Revisitant l’actualité de la pensée libertaire de l’écologie de Murray Bookchin, cet essai interroge l’hégémonie d’un modèle de scientificité promu par l’État. Il est temps de désétatiser notre imaginaire écologique.”

 A lire sur Terrestres à cette adresse : https://www.terrestres.org/2019/09/11/crise-ecologique-desetatiser-nos-imaginaires-politiques-et-nos-savoirs-scientifiques/

Discussion

2 Réponses à “Article dans la revue Terrestres : désétatiser nos imaginaires politiques et nos savoirs scientifiques”

  1. Et voilà une confirmation de plus, si besoin était, du fait que l’Etat ne fera rien ni pour le climat, ni pour la biodiversité, ni contre les pollutions, etc., mais qu’il va sans cesse durcir la répression contre les mouvements écologistes de manière à protéger le capitalisme et ceux qui en profitent, contre les intérêts de la population :
    https://reporterre.net/Du-gaz-lacrymogene-dans-les-yeux-la-reponse-de-l-Etat-aux-defenseurs-du-climat

    Et comme d’hab, reprenons tous en cœur : “tout le monde déteste la police car la police déteste toute le monde”. ACAB !

    Posté par Igor Babou | 30 juin 2019, 11 h 31 min
  2. « Ce sont des manifestants très radicaux, a de son côté plaidé le ministre de l’écologie, François de Rugy, interrogé sur cet épisode, dimanche, sur BFM-TV. Quand vous leur demandez pacifiquement de dégager la voie (…) et qu’évidemment ils refusent (…) on est obligé de mobiliser des CRS. Ça se finit par l’utilisation de gaz qui ont pour but que les gens s’en aillent. »
    (https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/30/evacuation-d-une-manifestation-ecologiste-castaner-demande-des-explications-au-prefet_5483396_3224.html).

    heu… quelle ordure !

    Posté par Igor Babou | 30 juin 2019, 17 h 31 min

Commenter