——–{—(@

Le métier de chercheur

Les SHS c’est le marché, la liberté c’est l’esclavage et l’ignorance, c’est la force

1984« Mais il ne faut surtout pas oublier les sciences humaines et sociales, sinon on oublie le marché. Ce sont quand même les chercheurs de ces disciplines qui savent le mieux décrypter les usages et ont les outils nécessaires. Vous pouvez avoir le meilleur objet technologique du monde, s’il ne correspond pas à une demande du marché, il ne trouvera aucun débouché. Donc il faut à la fois pousser la technologie et être tiré par le marché. »

C’est une “pensée” de Geneviève Fioraso dans « Il faut favoriser le transfert de la recherche publique », Les échos, 18 avril 2013.
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0202710675364-genevieve-fioraso-il-faut-favoriser-le-transfert-de-la-recherche-publique-559347.php

Bienvenue en 1984.

Et pour anticiper l’ignominie qui vient, et à la quelle nous aurons objectivement (à peu près) tous et toutes contribué par nos lâchetés et compromissions quotidiennes, le dernier article de Dominique Boulier est également intéressant :

http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6089

Bientôt la nuit…

Discussion

Pas encore de commentaire.

Commenter

Archives