——–{—(@

Non classé

Non au pass sanitaire

Non au pass sanitaire, et non à la dictature sanitaire !

Je suis bi-vacciné contre le Covid, et n’ai aucun problème avec les vaccins en général : je suis vacciné contre le tétanos, la rubéole, etc. Mais je refuse que mon nom soit contrôlé à l’entrée d’un musée, d’une salle de spectacle ou d’une boutique et associé à des données de santé dans le cadre d’une base de donnée sur laquelle je n’aurai aucun contrôle. Surtout que cette mesure émane d’un gouvernement qui nous a accoutumé aux pires mensonges (rappelez-vous, c’était les mêmes qui prétendaient il y a quelques mois que le masque était dangereux !), et à l’incompétence la plus totale : rappelez-vous les médecins qui risquaient leur vie dans les hôpitaux faute de masques, de charlottes, et de blouses… il a fallu que la population leur vienne en aide en organisant des collectes pour leur en fabriquer !

Au-delà de la nécessaire défiance que nous devons à ce gouvernement, cette mesure est à la fois inégalitaire et inapplicable. En effet, ayant vécu dans un désert médical en Seine Saint-Denis, je sais parfaitement qu’il y a des habitants de certains quartiers qui ne pourront pas se faire vacciner à temps, même en le voulant. Il y a par ailleurs des gens en vacances, à l’étranger ou dans des zones rurales : doivent-ils donc tout annuler pour rentrer se faire vacciner ? De plus, il y a les délais entre les deux injections, qui sont longs. De même, je connais des gens bi-vaccinés de manière précoce à qui on n’a pas délivré le QR Code permettant d’obtenir le pass sanitaire. Enfin, au nom de quoi un responsable de structure muséale, de salle de spectacle ou de n’importe quel lieu accueillant du public aurait-il le droit – et la capacité – de nous demander un document d’identité et de nous autoriser ou nous interdire d’entrer dans un lieu public ?

Inégalitaires et inapplicables, ces mesures sont également totalitaires et absurdes. Elles sont absurdes, car si on est vaccinés, alors on est supposés ne rien craindre, et je ne vois donc aucune raison d’imposer aux non vaccinés une telle stigmatisation; mais si en tant que vacciné, je risque de contaminer quand même mes concitoyens – ce qui semble plausible -, alors à nouveau je ne vois aucune raison de bénéficier d’un pass sanitaire. Elles sont totalitaires car on peut légitimement douter de la rationalité et de l’efficacité de la vaccination : pas forcément à cause du vaccin lui-même, mais en raison de la précipitation de son développement et sa mise en place. Nous avons tous dans nos amis, nos familles, ou nos connaissances, des gens qui ont subi une thrombose grave après une injection de vaccin anti-covid. Ce n’est pas quelque chose d’anodin et il est donc légitime de se poser des questions. Plus généralement, la vaccinothérapie n’est jamais quelque chose à prendre à la légère. J’ai ainsi eu une expérience désastreuse avec le vaccin du BCG étant enfant : en raison d’un manque de prise en compte de mon parcours individuel, j’ai passé 9 mois en préventorium à l’âge d’un an et demi, avec tubages et prises de sang quotidiennes, le tout loin de mes parents. Aujourd’hui encore, j’ai une contre-indication permanente à ce vaccin qui me tuerait si on me l’imposait. Je me suis donc posé bien des questions avant d’accepter de me faire vacciner contre le Covid.

La vaccination, contrairement à ce que prétendent certains journalistes scientifiques et médicaux rapides à stigmatiser les personnes qui doutent, ça n’est pas évidence rationnelle basée sur des faits, mais un dispositif socio-technique : une molécule plus un mode d’administration plus une politique publique induisant une plus ou moins grande attention aux parcours individuels. Comme dans tout dispositif socio-technique – et comme dans toute controverse socio-technique – on ne comprend rien si on se contente de raisonner sur une molécule et sur des cohortes de tests en laboratoire. Dans ces conditions, exiger une application à toutes et tous d’une telle mesure de vaccination, de la part d’un gouvernement qui n’a jamais brillé que par son incompétence et ses mensonges, qui plus est dans un contexte de propagande médiatique délirante et de stigmatisation des personnels de santé, est inacceptable.

Je refuserai donc, dorénavant, d’entrer dans tout établissement qui exigerait le pass sanitaire.

Ce pouvoir est inepte, il ne connait que l’autoritarisme et la violence, et il ne tient que parce que la propagande médiatique organise une ignorance scandaleuse dans la population. Il n’a de cesse de s’attaquer aux plus démunis, ou de diviser la population en stigmatisant les un.es et les autres, selon une morale à géométrie variable. Ca suffit, il y en a marre ! Nous devons toutes et tous entrer en désobéissance civile.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Commenter

Archives